La cage de Faraday

Cage de Faraday_01

 

Retour à l’accueil

Cette pièce, isolée de toute influence électrique, fait partie des doléances d’Edouard Branly pour la construction de son laboratoire. Toutes les surfaces sont recouvertes de cuivre et deux hublots munis de volets de cuivre permettent la pénétration de la lumière naturelle (il n’en reste aujourd’hui plus qu’un après la réduction de la taille de la cage pour l’aménagement d’un bureau adjacent). Cette architecture évoque indubitablement celle d’un sous-marin. Paul Tournon en a conçu l’hermétisme après plusieurs rencontres avec des ingénieurs spécialisés dans la conception de sous-marins.

Retour à l’accueil

Journée d’études PICNIC 2 : Les données numériques au musée

PICNIC_visuel

La journée d’études PICNIC (Pratiques, innovations et créativité numérique dans les institutions culturelles) aura lieu le vendredi 19 juin 2015. Elle est organisée par le Centre Édouard Branly et le service Études et Recherche de la Direction de la recherche et des collections du musée du Louvre, en partenariat avec l’EBD, les éditions MkF et le Museum d’histoire naturelle du Havre. Elle aura pour thème : les données numériques au musée.

L’objectif de cette journée est de sensibiliser les participants aux enjeux liés à la collecte et à l’exploitation des données numériques produites par les publics lorsqu’ils utilisent un site Internet, une application mobile ou un dispositif en salle d’exposition.

La matinée s’attachera à étudier les pratiques de navigation des internautes sur les sites de musées. Christopher Guillou proposera aux participants d’explorer l’outil Google Analytics qui permet de mesurer les audiences de sites, de cerner les profils des visiteurs et de mieux connaître les pratiques de navigation : un outil puissant, gratuit et à la portée de tous. Il s’appuiera sur des cas d’études et des cas pratiques.

L’après-midi sera animée par Alizée Doumerc et Camille Caubrière autour de la découverte et de la manipulation de l’application GuestViews : un service qui permet de collecter et d’analyser des informations émanant des visiteurs. Sous la forme d’un livre d’or, GuestViews propose de s’exprimer dans le prolongement de sa visite, en proposant un commentaire ou un témoignage visuel. Le dispositif permet également de collecter des informations sur le profil des visiteurs pour améliorer sa communication et établir un lien durable avec les publics.

En parallèle de cet après-midi, une équipe partenaire de l’ISEP, sous la responsabilité de Xun Zhang, équipera des vitrines du musée d’un système Li-Fi expérimental permettant d’obtenir de l’information sur des objets exposés. Une médiation sera assurée pour présenter la technologie et les enjeux attachés.

La journée d’études PICNIC se tiendra au Centre Edouard Branly (3 rue de l’Abbaye et 19 rue d’Assas) de 9:30 à 13:00 et de 14:00 17:30.

La pause déjeuner sera dédiée à ce qui est déjà le traditionnel… pique-nique du rendez-vous PICNIC. En effet, cette journée d’études fait suite à une première rencontre qui avait été organisée en juin 2014 sur le thème de la médiation muséale et qui avait rencontré un vif succès.

En 2014, ce n’est pas moins de 80 participants du milieu académique, du ministère de la Culture et de la Communication, des médias et des institutions culturelles qui avaient pris par à la journée PICNIC : musée du Louvre, Cité des Sciences & de l’Industrie, Centre Pompidou, magazine Connaissance des Arts, Forum des images, INRAP, OCIM, École des Médias et du Numérique de la Sorbonne, CELSA, Centre Norbert Elias, etc.

Vous pouvez nous suivre sur @PICNICData + #PICNICData

Le bureau

Bureau d'Edouard Branly Retour à l’accueil

Edouard Branly avait un attachement particulier pour le jardin de l’Institut Catholique de Paris. Son bureau a ainsi été conçu avec de grandes baies vitrées pour pouvoir profiter de la vue sur ce jardin. Il avait  cependant dû accepter, à contrecœur, la coupe de certains arbres pour la construction de son laboratoire. Au fond de la pièce, derrière le buste, on peut voir une fresque d’Elisabeth Tournon Branly avec la mention « Zeus voit, impuissant, Branly s’approprier ses foudres« . Edouard Branly viendra quotidiennement à son bureau jusqu’à la fin de sa vie.

Retour à l’accueil

Journée d’études PICNIC : la médiation numérique

Présentation

Les rencontres PICNIC (Pratiques, Innovations et Créativité Numérique dans les Institutions Culturelles) se tiendront les jeudi 26 et vendredi 27 juin 2014 à l’Institut Catholique de Paris, au 21 rue d’Assas. Elles porteront sur l’intégration et les usages des technologies innovantes dans les institutions culturelles et muséales.

L’après-midi du jeudi 26 juin sera consacrée à la tenue de 3 conférences plénières et publiques. La journée du 27 juin est destinée aux professionnels des milieux du musée et du numérique ; le nombre de places est limité à 20 personnes. L’inscription est obligatoire.

Les rencontres PICNIC sont à l’initiative du Centre Edouard Branly, équipe de recherche et d’innovation spécialisée dans les technologies et les humanités numériques, en partenariat avec le service des Etudes et de la Recherche du musée du Louvre, l’Ecole des Médias et du Numérique de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, l’équipe Culture & Communication de l’UMR CNRS Norbert Elias et l’OCIM.

PICNIC_visuel

Programme :

>>> Jeudi 26 juin 2014

  • 15:00 – 16:00 : Yves Jeanneret (Celsa – Ecole des Hautes Etudes en Sciences de l’Information et de la Communication – Paris Sorbonne)
  • 16:00 – 17:00 : Emilie Flon (Groupe de Recherche sur les Enjeux de la Communication – Université de Grenoble), Gaëlle Lesaffre (UMR CNRS Centre Norbert Elias – Université d’Avignon), Anne Watremez (UMR CNRS Centre Norbert Elias – Université d’Avignon)
  • 17:00 – 18:00 : Anne Krebs (Musée du Louvre – Direction de la recherche et des collections)

>>> Vendredi 27 juin 2014

  1. 10:00 – 11:20 : Introduire des dispositifs numériques dans les institutions culturelles
  2. 11:40 – 13:00 : Penser la médiation en régime numérique
  3. 15:00 – 16:20 : Etablir de nouvelles formes de communication entre les institutions culturelles et les publics
  4. 16:40 – 18:00 : Evaluer la politique numérique d’une institution culturelle

L’accès au module d’inscription pour la journée professionnelle du vendredi 27 juin 2014 est ici.

Détail du programme :

>>> Jeudi 26 juin 2014 (amphithéâtre B-18) :

Yves Jeanneret (Celsa – Ecole des Hautes Etudes en Sciences de l’Information et de la Communication – Paris Sorbonne) : Institutions culturelles et créativité numérique. Interroger une relation.

Professeur des universités en Sciences de l’information et de la communication. Il dirige la chaire « Innovation dans la communication et les médias » de l’École des hautes études en sciences de l’information et de la communication ou CELSA. Diplômé de l’École Normale Supérieure, agrégé de lettres classiques et titulaire d’un doctorat en littérature et civilisation française, il a travaillé à l’École Nationale Supérieure des Télécommunications où il a créé le département de formation humaine. Depuis 2010, il participe au développement pédagogique et scientifique du CELSA dans le cadre de la chaire récemment créée.

Références :

  • Where is Mona Lisa? et autres lieux de la culture, Paris, Le Cavalier Bleu, coll. « Lieux de… »,‎ 2011, 175 p.
  • Penser la trivialité. Volume 1, La vie triviale des êtres culturels, Paris, Lavoisier & Hermes-sciences, coll. « Communication, médiation et construits sociaux »,‎ 2008, 267 p.
  • Y a-t-il (vraiment) des technologies de l’information, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, coll. « Savoirs mieux »,‎ 2000, 134 p.

Emilie Flon (Groupe de Recherche sur les Enjeux de la Communication – Université de Grenoble), Gaëlle Lesaffre (UMR CNRS Centre Norbert Elias – Université d’Avignon), Anne Watremez (UMR CNRS Centre Norbert Elias – Université d’Avignon) – Les applications mobiles de musées et de sites patrimoniaux en France : formes de médiation et pistes de recherche en muséologie.

Nous souhaitons rendre compte des résultats d’une étude menée durant l’été 2013, dirigée par Emilie Flon, Cécile Tardy et Jean Davallon, chercheurs de l’Equipe Culture et Communication du Centre Norbert Elias et réalisée par Gaëlle Lesaffre et Anne Watremez. L’exposé présentera les deux axes de réflexion sur lesquels nous avons travaillé :

  • Le premier dresse un état des lieux des applications mobiles de musées et sites patrimoniaux en France, dégage des tendances générales et identifie les formes de médiation qu’elles proposent, plus particulièrement six types d’usages,
  • Le deuxième dégage, à partir des résultats précédents, des pistes de recherche en Sciences de l’Information et de la Communication, et en muséologie.

L’étude n’avait pas vocation à définir des bonnes pratiques ni à évaluer exhaustivement et systématiquement les applications, mais à faire un état des lieux de l’existant et à dégager des tendances et des types d’usages proposés, dans une approche transversale. Nous ne parlerons donc pas des pratiques et des représentations des publics face aux applications qui leurs sont proposées.

À partir de l’identification d’une centaine d’applications, un recensement détaillé de 67 d’entre-elles a été effectué, en décrivant leurs aspects techniques et pratiques et leurs propositions en termes de médiation. 17 de ces applications, représentatives de la variété des objets patrimoniaux, de la situation géographique des sites, des types d’activités proposés, et parfois en raison de leur originalité, ont été testées in situ et constituent, pour certaines d’entres elles, les exemples que nous présenterons : Musée des Beaux-Arts de Lyon, Château des Baux de Provence, Domaine de Ferté Vidame, Jumièges 3D, Saint Martin au Val in situ, Cluny Vision, Le grand Atelier du Midi, Dynamo, Mobexplore Les Arts Décoratifs, My Museum le Louvre, Le Louvre audioguide, Musée Jacquemart André, Keith Haring, Le nouvel Orsay, La sainte Chapelle, Le musée en musique Quai Branly, Malmaison Virtuel.

Ce travail de terrain a été mené parallèlement à une importante revue de littérature qui montre que les sciences de l’information et de la communication, et les sciences humaines en général, ne se sont pas encore saisies de cet objet de recherche, tandis qu’un grand nombre de publications rend compte de leur développement et de leur évolution dans le champ des interactions homme-machine et du design. Les pistes de recherche dégagées tourne autour de trois grandes thématiques : les pratiques des concepteurs, les usages des utilisateurs-visiteurs et le dispositif comme outil de médiation.

Emilie Flon (emilie.flon@iut2.upmf-grenoble.fr) est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, anciennement au sein de l’Equipe Culture et Communication du Centre Norbert Elias (UMR 8562) à l’université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, Emilie Flon est depuis septembre 2013 membre du laboratoire GRESEC à l’Université Grenoble-Alpes, et enseigne à l’IUT2 de l’Université Grenoble 2. Secteurs de recherche : les médiations du patrimoine, de la culture, et du tourisme ; l’analyse de l’exposition comme média ; la sémio-pragmatique des dispositifs de communication spatiale et numérique.

Gaëlle Lesaffre (g.lesaffre@yahoo.fr) est titulaire d’un doctorat en Sciences de l’information et de la communication spécialisée en muséologie de l’université d’Avignon et d’un Ph. D. en Muséologie, médiation, patrimoine de l’université du Québec à Montréal. Elle exerce en tant que chargée d’étude indépendante auprès de musées, d’institutions et de laboratoires de recherche et a réalisé des études sur les usages des technologies numériques par les visiteurs des offices de tourisme (2012) ou sur les applications mobiles de musées et de patrimoine en France (2013). Elle travaille actuellement à la direction d’un ouvrage collectif sur les technologies numériques et les musées à paraître aux éditions Mkf. Elle poursuit ponctuellement son activité d’enseignement supérieur dans le domaine de la muséologie et des méthodes d’enquête qualitatives.

Anne Watremez (anne.watremez@bbox.fr) est consultante en ingénierie culturelle, est titulaire d’un doctorat en Sciences de l’Information et de la Communication et d’un PHD en Muséologie, médiation et patrimoine. Elle mène des missions d’assistance à maitrise d’ouvrage auprès de collectivités territoriales (coordination et rédaction de plans de gestion de biens patrimoine mondial de l’Unesco) ou d’institutions de recherche (gestion de projets). Elle mène des études sur les dispositifs de méditation du patrimoine, notamment sous leur forme numérique, sur les représentations du patrimoine en milieu urbain, sur les musées en général.

Quelques références :

  • Flon É. 2012. Les mises en scène du patrimoine : savoir, fiction, médiation. Paris : Hermès/Lavoisier.
  • Flon É. 2012. « De la mise en scène à la fiction touristique : La médiation du voyage urbain sur la ligne de métro Xinbeitou à Taipei ». Espaces et Sociétés, « Urbanité et tourisme », n°151, pp.85-101.
  • Lesaffre G., Watremez A., Flon E. 2014. « Les applications mobiles de musées et de sites patrimoniaux en France, quelles propositions de médiation ? ». La Lettre de l’OCIM, à paraître.
  • Watremez Anne, 2014 (À paraître). « Le rôle des musées de civilisations dans la construction de traces patrimoniales et/ou mémorielles au xxie siècle ». Actes du colloque bilatéral franco-roumain Traces, mémoire et communication, Bucarest, 30 juin au 1er juillet 2011, Paris : L’harmattan (Communication et Civilisation)
  • Watremez Anne, 2013. « Les plans de gestion patrimoine mondial de l’Unesco, un outil de développement territorial au service des collectivités locales ? », in La Lettre de l’Ocimn°149
  • Watremez Anne, 2013. « Des approches renouvelées des sociétés et des cultures. Trente ans d’expérimentation pour les musées de société », p 21-34, in Métamorphoses des musées de sociétés ? Premières rencontres scientifiques internationales du Mucem, Paris : Ed. La documentation française (Musée-monde).

Anne Krebs (Musée du Louvre – Direction de la recherche et des collections) – Les faces cachées du numérique

Il est devenu courant de s’intéresser aux musées en régime numérique sous deux angles principaux, celui des « publics » et celui des « offres » destinées aux visiteurs, sur place ou à distance. Plusieurs dimensions de la relation entre musée et numérique restent largement inexplorées – autant parmi les professionnels de musées qu’au sein du monde académique – qu’il s’agisse des logiques d’organisation, des modèles économiques, des compétences de métiers ou des enjeux du numérique sur les organisations et la gouvernance des musées. Pourquoi ces points aveugles de la politique publique culturelle ?
Anne Krebs dirige le service études et recherches du musée du Louvre, consacré aux publics et à leurs pratiques. Un programme porte sur le numérique et ses publics (usages et réception des dispositifs en ligne, in situ, ou en mobilité).
Référence :

>>> Vendredi 27 juin 2014 (salle des conseils 1 & 2) :

Cette journée est consacrée à la tenue d’ateliers professionnels autour de 4 thématiques structurantes : les dispositifs, la médiation, la communication et l’évaluation à l’heure du numérique.

Sur le mode des Barcamps, tel qu’on les rencontre dans la sphère des nouvelles technologies, des animateurs introduiront et modéreront les ateliers. Les participants seront invités à partager leurs expériences pour nourrir la réflexion et élaborer, collectivement, des solutions. Ils peuvent présenter une technologie, une initiative, un projet, exposer une idée ou exprimer un besoin. L’accent est mis sur les innovations.

En partant de ces récits d’expériences, les animateurs coordonnent les propositions et les valorisent en établissant des connexions. L’objectif est de faire connaître des expériences peu ou pas médiatisées et, pourquoi pas, conduire à imaginer de nouvelles solutions pour l’avenir.

1- Introduire des dispositifs numériques dans les institutions culturelles (10:00 – 11:20)

Ce premier atelier portera sur les modes de conception de dispositifs numériques et sur leur intégration dans les institutions culturelles. On focalisera notre attention sur le design des interfaces, leur maniabilité et leurs contenus. Il s’agira notamment d’interroger leur adaptabilité à des environnements pluriels.

Animation : Eric Lapie (Cité des Sciences et de l’Industrie) & Camille Marginedes (Musée du Louvre)

2- Penser la médiation en régime numérique (11:40 – 13:00)

Ce deuxième atelier sera l’occasion de réfléchir aux possibilités de médiation que nous offrent les dispositifs numériques à l’intérieur des institutions culturelles (médiation aux oeuvres, aux savoirs et aux institutions). Il s’agira de regarder les spécificités de la médiation numérique et de mesurer la pertinence de son utilisation.

Animation : Gonzague Gauthier (Centre Pompidou) & Eva Sandri (Université d’Avignon)

3- Etablir de nouvelles formes de communication entre les institutions culturelles et les publics (15:00 – 16:20)

Ce troisième atelier conduira à réfléchir à la problématique de la promotion des institutions dans le numérique, à la présentation de leurs programmes d’activités mais aussi des oeuvres, ainsi qu’à la valorisation des ressources (documentations, études, etc.). Le travail en propre et la présence dans les réseaux sociaux généralistes sera une thématique structurante.

Animation : Marie-Blanche Fourcade (UQAM) & Antoine Roland (Correspondances.co)

4- Evaluer la politique numérique d’une institution culturelle (16:40 – 18:00)

Ce quatrième et dernier atelier de la journée portera sur la conduite d’études et d’évaluations (réalisées sur Internet ou portant sur l’usage de technologies), ainsi qu’à leur valorisation. On s’intéressera, à la fois, au montage de projets, aux stratégies d’action des institutions et à l’observation des usages et des pratiques des internautes et des visiteurs. Les problématiques de l’Open Data et des Big Data devront être questionnées dans cet atelier.

Animation : Bernard Allaux (Cap Sciences, Bordeaux) & Camille Jutant (EMNS)

 

Edouard Branly Museum-Lab for Digital Humanities