Visite virtuelle

Les différents éléments de cette visite virtuelle ont été élaborés à l’occasion de la seconde journée PICNIC. Ces éléments servent les deux objectifs du musée : faire découvrir les travaux d’Edouard Branly et l’histoire des technologies de l’information et permettre l’expérimentation de technologies innovantes s’inscrivant dans la dynamique des humanités numériques.

Dans les pas d’Edouard Branly

Le laboratoire d’Edouard Branly

La télémécanique

La radiotransmission

La transmission de l’information de Branly à nos jours

La cage de Faraday

Le bureau

Dans les pas d’Edouard Branly : de la rue de l’Abbaye à la rue d’Assas

Retour à l’accueil

La carte ci-dessus vous permet de relier la rue de l’Abbaye à la rue d’Assas. Edouard Branly a parcouru, tout au long de sa vie, ce chemin qui relie son domicile à son laboratoire. Vous pourrez écouter des épisodes de la vie d’Edouard Branly avant de visiter le musée qui lui est dédié au 19 de la rue d’Assas en cliquant sur les points de la carte.

Vous pourrez également profitez de points d’intérêt :
A- Palais abbatial de la rue de l’Abbaye
B- Eglise St Germain-des-Prés
C- Eglise St Sulpice
D- Mètre étalon du 36 rue de Vaugirard
E- Plaque à la mémoire d’Edouard Branly devant l’entrée de l’ancien couvent des Carmes

La création du laboratoire

Retour à l’accueil

Grâce au soutien financier de François Coty, Edouard Branly peut faire construire un laboratoire à l’Institut Catholique de Paris en 1932. Il a alors 88 ans. Il confie les plans à son gendre, l’architecte Paul Tournon. Afin de protéger l’espace des vibrations, le laboratoire est équipé d’une cage de Faraday qui repose sur des piliers directement fixés à la roche, à 12 m de profondeur. Dans un souci de rigueur et d’exactitude, Edouard Branly reproduira, dans cet espace protégé, les expériences menées rue de Vaugirard durant sa vie.

Retour à l’accueil

La télémécanique

La télémécanique : le pistolet La télémécanique : la rampe d'ampoulesRetour à l’accueil

La Comtesse de Greffuhle est une femme importante dans le microcosme parisien de l’époque. Elle s’intéresse aux travaux d’Edouard Branly et se désole du manque de reconnaissance de ses recherches (et de ses découvertes) sur la radioconduction et la télémécanique. Le 30 juin 1905, elle fait organiser une conférence au Trocadéro où Branly met en scène 4 expériences significatives de télémécanique. Parmi celles-ci, le déclenchement d’un pistolet à distance, l’allumage d’une rampe d’ampoules, la lévitation d’un boulet électro-aimanté et la mise en route d’un ventilateur. Cette conférence, soutenue par le journal Le Matin, attirera près de 5000 personnes et marquera l’accès à la notoriété du physicien. Par la suite, Branly réutilisera – dit-on – le pistolet pendant ses cours pour réveiller les étudiants somnolents…

La télémécanique : le boulet de canon

La télémécanique : le ventilateur

 Retour à l’accueil

La radiotransmission

Retour à l’accueil

ensemble de réception de TSFLe 5 novembre 1898, Eugène Ducretet utilise un modèle identique à celui-ci pour la liaison radio entre la Tour Eiffel et le Panthéon, distant d’environ 4000 m. Cette expérience inaugure la télégraphie sans fil. Elle est réalisée grâce à la présence d’un radioconducteur Branly dont le principe fut mis au point en 1890 à l’Institut Catholique de Paris. L’enregistrement des signaux télégraphiques se fait en reliant l’émetteur (de type Righi) à un enregistreur Morse. L’émetteur était placé au 3ème étage de la Tour Eiffel. Le récepteur était en haut du Panthéon.

Récepteur de télégraphie sans fil Ducretet

Retour à l’accueil

Edouard Branly Museum-Lab for Digital Humanities